Parce que la main qui trace les lignes reflete l'ame de celui qui les ecrit

P. Coelho